Arrivée à Setouchi Circus Factory

Publié le par Cécile Hurbault

Bonjour,

Me voilà donc arrivée sur le lieu de travail pour la semaine. C'est en fait assez éloigné de Takamatsu même (20min de voiture dans la campagne) et c'est une grande ancienne usine d'électroménager et ses bureaux. C'est très étrange comme endroit : une grande friche industrielle abandonnée et reprise pour en faire un lieu artistique. Ils n'en sont qu'au tout début de leur aventure : c'est la première fois qu'ils investissent le lieu avec cette toute première édition de ce festival et la mairie de Takamatsu a l'air partante pour les aider à s'installer de manière permanente. Espérons que cela fonctionne pour eux !

les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.
les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.
les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.
les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.
les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.

les deux usines abandonnées qui servent de salles de répétitions (vous remarquerez la superbe Kangoo Renault, dans laquelle j'ai parcouru le trajet de Takamatsu jusqu'ici ce matin ! assez rare pour être notifié...), les salles sont toutes vides, on voit au sol les traces des anciens bureaux, de toute une vie qui a disparu... c'est troublant comme lieu.

C'est avant tout une équipe de circassiens mais ils sont ouverts à tous les univers artistiques. Il y a plusieurs équipes qui travaillent en parallèle dans le lieu, dont une équipe formée de japonais et d'un français, Valentin. C'est la cinquième fois qu'il vient travailler au Japon, pour jouer ou pour répéter des spectacles. Il est très sympathique, même si nous n'avons pas eu beaucoup le temps de discuter. Toutes les équipes présenteront leur "workshop" le lundi 12 octobre toute la journée. L'idée ce n'est pas de présenter des spectacles finis, mais bien des travaux en cours, résultat d'une rencontre entre plusieurs univers artistiques. C'est le principe du festival.

Pour ce qui est de notre "workshop" à nous, les premiers essais d'ombre avec Wayang et Bunraku sont assez concluants. Nous avons également travaillé avec les danseurs contemporains en ombre. Demain, notre mission est de parcourir tout le scénario que nous avons prévu en choisissant la manière de traiter chaque scène. Ensuite, les jours suivants nous retravaillerons avec l'équipe qui sera là un peu au compte-goutte.

une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku
une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku
une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku
une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku
une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku

une partie de l'équipe en début de journée, un essai de danse et marionnette croisés (avec la petite Fusa, la fille de Kanroku qui discute avec Ko), Inoue le joureur de tablas (instrument indien !) qui est top !, des essais d'ombre de Wayang et de bunraku

Je suis logée dans un appartement partagé avec deux circassiennes japonaises (mais qui parlent anglais ! ouf !). Cela dit, je prends tous les repas avec Kanroku, sa petite famille, et Ko, qui sont dans un appartement 5 étages en dessous le nôtre donc je ne vais pas tellement être présente dans mon appartement.

Nous voilà donc installés et lancés pour une semaine de travail autour du Râmâyana à la croisée des chemins du Wayang Kulit, du Bunraku et de la danse contemporaine... !

ma "chambre" qui est en fait le salon de l'appartement (je dors sur un simple futon au sol, à la Japonaise !), et la vue du balcon
ma "chambre" qui est en fait le salon de l'appartement (je dors sur un simple futon au sol, à la Japonaise !), et la vue du balcon

ma "chambre" qui est en fait le salon de l'appartement (je dors sur un simple futon au sol, à la Japonaise !), et la vue du balcon

Commenter cet article

David 06/10/2015 03:29

Bon séjour à Takamatsu.

J'aurais aimé assister au spectacle, mais je ne serai malheureusement pas disponible.

Cécile Hurbault 06/10/2015 14:06

Merci pour votre commentaire.
Un français au Japon ?

dounia 05/10/2015 19:12

jador les photo