Petit tour dans la montagne

Publié le par Cécile Hurbault

Bonjour,

Comme je vous le disais, vendredi j'ai accompagné Kanroku et la troupe jouer dans la région de Tokushima. L'après midi, ils jouaient dans une école à 100km environ je pense de Takamatsu (donc pas si loin) mais surtout complètement perdu dans la montagne. Donc le voyage fut long ! Pour arriver dans une école construite sur une immense plateforme (car pas assez d'espace naturel plat en pleine montagne) et qui est la seule école sur un très large territoire. Et pourtant, il n'y a que 60 enfants inscrits ! de 7 à 15 ans (primaire et collège). L'école était magnifique, toute en bois (encore ! les japonais utilisent le bois partout tout le temps et c'est toujours très beau) avec de belles salles et un grand espace extérieur. Bref, un endroit idéal pour les écoliers je pense.

Comme la route fut longue, nous sommes arrivés en retard pour le montage du matériel avant le spectacle. Tout s'est fait en 20min !! Ils sont trop drôles : ils courrent tous partout tout le temps, et moi je ne comprends pas pourquoi, mais je finis par croire que c'est dans leurs habitudes. Une fois le décor monté, ils se sont changés et hop, les spectateurs arrivaient, et ils ont joué ! Aucun moment de concentration et encore moins d'échauffement physique pour eux. Pas besoin ! Hop hop !

Le programme du jour a duré 1h30 :

  • San Baso la danse d'ouverture, toujours, pour purifier le lieu et les gens
  • un temps de démonstration comme Koryu faisait aussi
  • un temps où j'ai présenté le Wayang Kulit et où j'ai joué un peu
  • un temps d'essai pour les spectateurs, pareil que Koryu encore... mais en beaucoup plus long ! étant donné que cette fois-ci c'est du San-Nin-Zukai (trois manipulateurs, Bunraku traditionnel) et que quasiment tous les élèves ont essayé
  • Yaoya Oshiti, une histoire que représentait souvent aussi Koryu

Une fois le spectacle fini, comme d'habitude, le rangement se fait au pas de course, tout le monde se presse, comme s'il fallait vider la place en 10min top chrono !! Incroyable ! Cela me fait bien rire cette habitude.

En repartant de l'école, les élèves étaient tout contents et nous ont salué alors qu'on reprenait la route et que nous étions dans un virage loin en face de l'école (paysage de montagne, imaginez-vous !).

plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs
plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs

plat de udon avant l'école (nouilles typiques de la région), l'école, la représentation, les aurevoirs

Sur la route, Kanroku nous a proposé de nous arrêter au pont de Kazura-Bashi, un très vieux pont tout en liane au-dessus d'un cours d'eau. Absolument magnifique ! Nous l'avons traversé, non sans quelque appréhension puisqu'il n'y a pas de planches de manière continue dessus. Il faut viser juste quand on marche !

Kazura-bashi, un joli pont
Kazura-bashi, un joli pont
Kazura-bashi, un joli pont
Kazura-bashi, un joli pont
Kazura-bashi, un joli pont

Kazura-bashi, un joli pont

Puis après encore de longues heures de route pour sortir de la montagne, nous sommes arrivés à la ville de Tokushima dans un lieu dédié à la marionnette : Jyuurobeiyasiki. Il y a là-bas un théâtre magnifique, tout en bois (encore !! ouioui !) et un petit espace musée qui explique très bien la tradition de la région : l'Awa Ningyo.

L'Awa Ningyo, ce sont des marionnettes manipulées à trois comme le Bunraku mais les têtes sont beaucoup plus grandes car les pièces sont représentés traditionnellement en extérieur sur des Butaï (scènes d'extérieur toutes en bois, présentes partotu au Japon) et qu'il fallait donc trouver un système pour que les personnes placées loin puissent aussi profiter des visages. Le répertoire semble être le même que pour le Bunraku : les pièces de Chikamatsu sont très populaires.

Kanroku a fait répéter la troupe qui jouera lundi 12 après-midi dans ce lieu. Et là, c'était bien du Bunraku et non de l'Awa Ningyo. J'ai donc pu profiter d'une répétition dans les règles de l'art, dans un espace dédié à cet art (notez par exemple l'espace à droite de la scène consacré pour la Tayu, narrateur, et le jouer de shamisen, musicien).

le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo
le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo

le théâtre tout en bois, répétitions, et le musée qui présente des marionnettes d'awa Ningyo

Après être rentrés bien tard dans la nuit, et une courte nuit de sommeil, nous avons répété samedi dans la journée. Cela avance bien, même si les conditions de travail sont compliquées : il y a beaucoup d'absences dans l'équipe, nous n'aurons jamais été au complet avant lundi, jour de représentation. Il a donc fallu jongler avec les emplois du temps de tout le monde et répéter par-ci par-là plusieurs fois les mêmes choses avec les uns les autres. Cela donne au final je pense un spectacle très "technique", c'est à dire qu'on va faire les choses très proprement mais qu'il n'y aura pas, à mon sens, assez d'interprétation. Nous n'avons pas eu le temps pour cela. Mais ce n'est pas grave ! C'est une expérience à prendre, une fois de plus !

photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !
photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !
photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !
photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !
photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !
photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !

photos des premiers jours de répétition prises par Shinsuke Inoue, le musicien de tablas très sympathique !

Hier soir (samedi donc), j'ai accompagné la troupe jouer sur une scène à nouveau perdue dans la montagne, pas très loin de l'école en fait. Nous avons donc refait toute la route jusque là-bas et nous nous sommes retrouvés dans un endroit magnifique : un butaï (cf. plus haut) au milieu de plusieurs temples perdu dans la forêt montagneuse. L'endroit était magique.

La particularité de ce Butaï est qu'il est doté d'un système de poulis qui permet de faire bouger et changer les décors qui sont fait en grands panneaux de bois, comme des paravents. Le système est ingénieux et c'est très beau ! Ce genre de système n'existe que dans cette toute petite région, il y a encore très peu de théâtre comme cela. Enfin, je dis "théâtre"... mais ce système d'animation de grandes images n'est pas destiné à être un décor pour des acteurs en fait. C'est né aux alentours de 1670 à l'époque où le Kabuki (théâtre traditionnel) et le Bunraku commençait à être très populaires. Les populations vivant dans ces montagnes étaient trop reculées de tout pour avoir l'occasion de voir ces spectacles. Ils ont donc conçu ce système pour se divertir et pallier au manque de Kabuki ou Bunraku dans leur région.

Le programme de la soirée était composé de plusieurs troupes du coin et pas seulement Kanroku et ses marionnettes. Il y a eu quelques danses tradtionnelles régionales, plusieurs moments où ils ont fait jouer les grands panneaux-images animés, un long moment de pièce de théâtre (un peu genre son et lumière ! très drôle ! alors que pourtant c'était un mélodrame qui était représenté...) et pour finir Kanroku a joué les mêmes pièces qu'à l'école. J'ai donc encore eu un moment pour expliquer ce qu'est le Wayang Kulit et pour jouer un peu. Les gens étaient très contents de voir cela. 

La soirée a été vraiment magique : être au milieu des bois, perchés sur une montagne, entre plusieurs temples, et vivre une représentation sur une scène magnique en extérieur sous les étoiles... c'était vraiment un moment marquant pour mon voyage je pense.

les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang
les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang
les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang
les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang
les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang
les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang

les panneaux de bois qui bougent, basculent, tournent pour laisser place à d'autres images..., puis le lieu dans son ensemble, une danse de la région, représentation de Kanroku, et ma démonstration de Wayang

Aujourd'hui, dimanche, Kanroku et sa troupe ont répété ce matin pour la représentation qu'ils donneront à 17h30 pour l'ouverture du festival. Avant de jouer, ils répéteront aussi un peu les scènes de Bunraku de notre spectacle (car deux membres sont arrivés seulement hier... donc ils ont du travail à rattraper avant de jouer demain !). Et à 18h nous allons voir le spectacle "Naïmono" qui est le spectacle principal du festival.

 

Pour finir ce long message, voici quelques petites choses en vrac :

  • les Japonais sont vraiment très inventifs, je suis toujours surprise de tous les "trucs et astuces" qu'ils trouvent pour tout. C'est toujours tout simple, mais très intelligent. Par exemple, leur système de toilette qui
  • La langue japonaise est ainsi faite que le sens se trouve à la fin de la phrase. Donc chacun est obligé d'écouter l'autre jusqu'à la fin de sa phrase avant de savoir ce qu'il a voulu dire. On ne peut pas se couper la parole. Et ajoutez à cela que la langue est très protocolaire, qu'il y a beaucoup de mots de politesse qui enrobent le tout. Tout cela donc rend toute conversation très lente. Le fait d'avoir un traducteur avec moi c'est bien, ça simplifie des choses et permet d'aller plus en profondeur dans les conversations, mais c'est aussi assez contraignant car toute discussion prend deux fois plus de temps... en plus du temps déjà long de conversation entre eux !
  • j'aurais mangé un nombre incalculable de "bento" ! ce sont des plateaux repas faits de riz, et autres accompagnements. C'est leur équivalent de sandwich sur le pouce. Mais en plus équilibré donc !
  • les futons (petit matelas traditionnel) à même le sol ce n'est pas si inconfortable que cela finalement. J'aurais passé une semaine à dormir là-dessus et je m'en sors pas trop mal !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article